Herv� Fischer
[Français]   [English]   [Español]   [Deutsch]   [中文]  
Herv� Fischer



















Hervé Fischer

Artiste-philosophe, né à Paris, France, en 1941. Double nationalité, canadienne et française. Hervé Fischer est ancien élève de l'École Normale Supérieure (rue d'Ulm, Paris, 1964). Il a consacré sa maîtrise à la philosophie politique de Spinoza (sous la direction de Raymond Aron), et sa thèse de doctorat à la sociologie de la couleur (Université du Québec à Montréal). Pendant de nombreuses années il a enseigné la sociologie de la culture et de la communication à la Sorbonne-Paris V (Maître de conférences en 1981). A Paris il a aussi été professeur à l'École nationale Supérieure des Arts décoratifs (1969-1980). On lui doit de nombreux articles spécialisés, participations à des ouvrages collectifs et conférences dans le domaine des arts, de la science et de la technologie, en rapport avec la société. Parallèlement il a mené une carrière d'artiste multimédia. Fondateur de l'art sociologique (1971), il a été l'initiateur de projets de participation populaire avec la radio, la presse et la télévision dans de nombreux pays d'Europe et d'Amérique latine, avant de venir s'installer au Québec au début des années 80.

Il a été artiste invité du Pavillon français à la Biennale Venise en 1976, invité spécial à la Biennale de Sao Paulo en 81; il a participé à la Documenta 7 de Kassel en 82. Il a eu des expositions personnelles au Musée Galliéra à Paris en 74, à l'I.C.C. d'Anvers en 75, aux Musées d'art contemporain de Sao Paulo en 1976 et en 2012, de Montréal (rétrospective) en 81 et de Mexico en 83, de Buenos Aires (2003), Montevideo (2004), Santiago du Chili (2006). La galerie ECI (Paris) présente en permanence son travail. Il a été l'organisateur de la participation franco-canadienne au projet Marco Polo de roman télématique francophone impliquant des écrivains d'Afrique, d'Europe, du Canada en 85, sous le patronage des écrivains Umberto Ecco et Italo Calvino.

En 1987, il a été co-auteur et producteur du court métrage de 12 minutes d'animation par ordinateur 3D "Le Chant des Étoiles", à l'occasion du Sommet francophone de Québec, gagnant notamment du 1er Prix Musique Vidéo à la compétition internationale d'animation par ordinateur du National Computer Graphics Association, États-Unis, 88. Depuis 1999, il a fait un retour à la peinture sur le thème de l'âge du numérique. Il est co-fondateur et co-président (1985), avec Ginette Major, de La Cité des arts et des nouvelles technologies de Montréal: l'exposition Images du Futur, le Café Électronique (1995), la Compétition Internationale d'animation par ordinateur – Images du Futur (1986) et le Cybermonde (1995). Il a créé: en 1990 le Festival Téléscience, dont il a été le directeur général jusqu'en 2002 et en 1993 le M.I.M. (Marché International du Multimédia. Il est co-fondateur et président de Science Pour Tous, (regroupement des organismes québécois de culture scientifique et technique) et de la Fédération Internationale des Associations de Multimédia (1997).

Il a été élu titulaire de la chaire Daniel Langlois des technologies numériques et des beaux-arts à l'Université Concordia de Montréal, responsable de la conception d'un Médialab québécois, Hexagram, en consortium entre les universités Concordia et UQÀM (2000-2002). Il est actuellement professeur associé et directeur – fondateur de l’Observatoire international du numérique à l’UQÀM, chercheur à Hexagram.

Il a reçu avec Ginette Major le Prix Leonardo Make Peace Tsao pour son implication en faveur de l'art et de la science (États-Unis, 1998), artiste invité des Rencontres Images et science du CNRS (France). Chevalier des Arts et Lettres et de l'Ordre national du mérite du gouvernement français. Conservateur de l'exposition Cym@r d'art et de technologie de Weimar, capitale culturelle de l'Europe en 1999. Il a reçu la Dinstinction culturelle du gouvernement cubain (2009).

Il a publié de nombreux articles et livres sur l'art et les communications, notamment: – Art et communication marginale, Balland, 1974 – Théorie de l'art sociologique, Casterman, 1976 – L'Histoire de l'art est terminée, Balland, 1981 – Citoyens-sculpteurs, Segedo, 1981 – L'Oiseau-chat (sur l'identité québécoise), La Presse, Montréal,1983 – La Calle adonde llega? Arte y Ediciones, Mexico, 1984. Il a publié en 2000 sur Internet Mythanalyse du futur (400 p. à 'www.herverfischer.net', en 2000 – Le choc du numérique (400 p., vlb éditions, 2001, UNTREF, Argentine, 2003 et McGill and Queen’s University Press, 2006) - Le romantisme numérique (60 p., Fides et Musée de la civilisation, 2002) – Les défis du cybermonde (direction, P. U. L., 2003) – CyberProméthée, l'instinct de puissance (éditions vlb, 2003 et UNTREF, Argentine) – La planète hyper - de la pensée linéaire à la pensée en arabesque (vlb, 2004) – Le déclin de l'empire hollywoodien (vlb, 2004, Talon Books, 2006, ICAI et Amazonia Ediciones, 2008), - Nous serons des dieux (vlb, 2006), - Québec imaginaire et Canada réel : l’avenir en suspens (vlb, 2008), Un roi américain (vlb, 2009) - L'avenir de l'art (vlb, 2010). On pourra aussi consulter le catalogue "Nouvelle nature" de son exposition rétrospective au musée d'art moderne de Céret (France), 2010-2011, disponible en pdf sur ce site.
En 2011, il lance le tweet art ou tuit art, avec la créacion de petites icônes numériques à caractère philosophique et interrogatif, qu'il diffuse sur Twitter.
Il parle et écrit 4 langues: le français, l'allemand, l'anglais et l'espagnol.